Welcome to Dunkerque, Exotic Paradise

Lorsque j’ai proposé à Dalila, après lui avoir annoncé qu’on devait renoncer à un séjour en Bretagne qu’on avait prévu de faire ensemble, d’aller plutôt passer une journée avec moi à Dunkerque, elle a, contre toute attente, dit « oui. Et je crois même, mais peut-être l’ai-je juste rêvé, dit « oh oui ». Même quand je lui ai précisé que faute d’autre voiture disponible, on irait en Sandero, le genre voiture qui donne l’impression, sur l’autoroute qu’on a oublié de passer la 5°.

On a donc pris l’A25, faisant autant de bruit que si on passait le mur du son, sans vraiment dépasser le 110 km/h, pour aller se garer près de la rue Martin Luther King, dans le quartier de Rosendaël, à Dunkerque.

Le quartier Excentic

Il s’agit une enclave, dans le quartier de Rosendaël, où le maçon, artiste, décorateur, tenace constructeur François Reynart a construit, dans les année 30 une trentaine de maisons « art déco » et qui nous transporte immédiatement, par l’opération magique du cliché et de l’auto-suggestion, à Miami Beach.

Le tour du quartier se fait en 5mn, pauses photos comprises, c’est pourquoi, on en a fait trois, tout en se réjouissant d’avoir bien de la chance d’avoir pu arriver si vite en Floride, surtout avec une Sandero.

IMG_3923
villa « ma coquille », rue André Chénier.

Avant de « visiter » le quartier (il s’agit en fait de trois rues qu’on pourrait faire à cloche-pied sans risquer l’entorse) j’ai consulté le site de la maison de l’environnement qui propose un plan et des explications, et faute d’imprimante autant que par souci de sauver la forêt amazonienne, j’ai photographié mon écran d’ordinateur (oui, je sais, c’est la misère et la loi de la débrouille); de sorte que nous faisons le tour du quartier, moi en plissant les yeux pour déchiffrer le plan sur l’écran de mon vieux portable (déjà, au départ, déchiffrer un plan me fait faire bien des grimaces de perplexité et d’embarras), Dalila en fronçant les sourcils à la fois pour se montrer solidaire des mes ennuis d’orientation et en même temps pour sommer son gps de réagir avant qu’on ait pris racine dans la quartier et alerté le voisinage par notre allure suspecte.

IMG_3929
le Pylone, rue Martin Luther King

Déambuler rue Martin Luther King et rue André Chénier n’est pas compliqué, mais retrouver les villas repérées au préalable, par exemple le fameux « excentric moulin » est autrement plus fastidieux.

Aujourd’hui encore, je n’ai toujours pas la moindre idée d’où se trouve la rue Carnot (sur le plan, j’ai bien vu, mais dans la réalité, ça n’existe pas; je peux vous l’affirmer, on a cherché)

IMG_3933
un petit air de Miami Beach
IMG_3936
villa « les cigognes » rue Eugène Dumez
IMG_3935
les Disques, villa qui semble avoir été oubliée par un héritier distrait.
IMG_3815
CQFD
IMG_3803
villa « les Cubes » , comme sa façade n’en fait pas mystère; rue Eugène Dumez
IMG_3810
à gauche, la villa Suzette.
IMG_3813
le portail de « l’excentric moulin »

Au bout de trois tours du quartier, comme on n’a rien à vendre et même si on trouve bien à l’aise dans ce décor floridien, on décide de poursuivre notre balade à la recherche les maisons en bois de Rosendaël, un plan à la main, le gps dans l’autre, pour avoir la certitude de prendre la mauvaise direction.

Ce qui est effectivement arrivé.

Heureusement, notre intuition féminine, qui ne nous avait pas mise en garde contre les dangers du GPS, nous a fait comprendre qu’il valait mieux lire le plan et le nom des rues aux carrefours.

Les maisons en bois de Rosendaël

Au XIX° siècle, la loi d’urbanisme de « non aedificandi » imposait aux constructions de ce quartier , à proximité des fortifications, d’être en bois, les autorités militaires ayant jugé qu’en cas d’attaque, ce matériau était le plus adapté vu ses qualités inflammables notoires. Quoi de plus commode, en effet, qu’un bon incendie d’habitations pour y voir clair dans la progression de l’ennemi et surtout pour pouvoir pointer ses canons sur ledit ennemi qu’on verrait alors fort bien arriver, une fois le quartier résidentiel de Rosendaël réduit en cendres.

L’ennemi ne s’est pas pointé; la garnison a remballé son briquet et un peu plus tard les alliés se sont chargés du décor.

Mais quelques belles maisons de bois sont encore visibles, nous ont charmées et on en a immédiatement conclu qu’on se trouvait transportées en Georgie, à Savannah, par exemple.

IMG_3817

IMG_3823
la villa Myosotis

J’ai cependant décrété qu’on ne pourrait se considérer définitivement dans le Vieux Sud américain que lorsqu’on aurait vu une maison coloniale; et j’ai été exaucée sur le champ …

IMG_3830
les colonnes sur le seuil, la signature de la maison coloniale
IMG_3832
la justement nommée villa coloniale, placée sur mon chemin pour donner raison à mes délires de voyages outre atlantique
IMG_3835
un peu plus loin… un petit air pré-halloweenien

Avec un sens de la déduction (« si c’est écrit « avenue de Rosendaël sur le panneau, c’est donc qu’on y est ») et de la vérification (« il faut donc qu’on se dirige par là, mais allons d’abord voir de l’autre côté pour être sures ») qui aurait agacé tous ceux qui sont nés avec une boussole dans le thalamus, nous avons squatté différents carrefours stratégiques du quartier avant de finalement trouver la rue des pêcheurs, où on peut trouver pas mal de maisons de bois.

IMG_3838
rangée de maisons de bois de la rue des Pêcheurs
IMG_3840
Celle-ci semble avoir un peu brulé, mais après tout comme dit Dalila, elle a été construite pour ça. C’était prévu du début.
IMG_3850
villa Ziegler, avenue du Casino; siège de la maison de l’environnement.

IMG_3853

IMG_3855
dans le parc Ziegler, on trouve une invitation à se servir librement et manger ce qui pousse. Mais On a surtout trouvé, en fait de mets comestible, de la végétation qui ressemblait à s’y méprendre à de l’herbe.
IMG_3858
et comme on peut consommer la végétation qui pousse ici, ils ont installé une table à pique-nique.


Le LAAC 

Après un sympathique repas à l’Iguane, sur la digue, avec Vincent et Christele, passionnés de voyages USA, repas au cours duquel, j’ai bien noté que le buffet de Cici’s pizza un peu partout en Amérique est royal, que NYC dans la neige, en février, c’est bien, au milieu de Sandy, en octobre, c’est bien aussi, que la parade sado-maso de Key West est au moins aussi drôle que celle où tout le monde se promène à poil dans Duval Street, et qu’il ne faut pas demander à Vincent d’assister à une parade mexicaine à San Diego quand c’est l’heure du buffet all you can eat, nous sommes allées visiter le LAAC (le Lieu d’Art et d’Action Contemporains)

IMG_3918

Ce que j’aime, dans l’art moderne ou contemporain, c’est qu’il n’est pas prétentieux (ce qu’on lui reproche souvent d’ailleurs, ça a l’air si facile, si peu technique, si peu savant, si peu impressionnant), je le trouve ludique et questionnant; il me surprend ou me parle, permet à mon imagination de gambader; bref, pour moi une vraie partie de plaisir. Et ce lieu m’a plu car il invite à prendre son temps (ou même le perdre, quel luxe !) et ses aises (pas de foule, pas trop d’oeuvres).

IMG_3908

IMG_3863
un ange de Nikki de Saint Phalle aux seins asymétriques vous accueille à l’entrée
IMG_3870
oeuvre dont j’ai oublié de repérer le titre et l’auteur
IMG_3875
Jean Dewasne, c’est le tôlier.
IMG_3878
une salle qui nous donne l’impression de pénétrer dans les réserves du musée. pour inciter le visiteur à être un petit curieux.
IMG_3885
Et voilà ce qui arrive quand on laisse sa valise au soleil. Valise Expansion de César.
IMG_3888
Philippe Hollevout, Trabant
IMG_3891
mais oui, c’est bien Andy Wharol Car Crash (en face de la Trabant, manque de tact)
IMG_3892
Wasarely et une compression de voiture de César (en face de la Trabant, mais ils sont sans pitié !)
IMG_3898
Soulages, d’humeur noire
IMG_3900
autoportrait sur un faux Klein de Ben
IMG_3913
Vénus n° 1, de César Vénus n° 2, inspectant la rambarde (Dalila)
IMG_3907
un trompettiste du cirque de Karel Apell
IMG_3919
dans le jardin des sculptures… un mouton avec de l’herbe à volonté en libre service
IMG_3917
dans le jardin des sculptures toujours, une sorte de Stonehenge post apocalyptique

Et puis on est rentrées à la voiture à pied en cherchant (et en ne le trouvant pas toujours) notre chemin.

On a repris l’autoroute dans ma petite voiture qui fait le bruit d’un radiateur de motel prêt à décoller.

IMG_3940

En bref

Le quartier excentric: rue Martin Luther King, rue André Chénier, rue Eugène Dumez et rue Carnot.

Les maisons ne se visitent pas (sauf par ceux qui sont invités pour l’apéro par ceux qui y habitent)

Les maisons de bois de Rosendaël: aux alentours du Centre Hospitalier (facile pour se diriger, suivez les ambulances): rue Carnot, rue des pêcheurs, avenue de Rosendaël.

consultez le site de la maison de l’environnement pour plus de renseignements:

http://www.maison-environnement.org/index.php

le LAAC : un espace de promenade parmi quelques oeuvres d’art moderne tout à fait fréquentables.

3 euros l’entrée

fermé le lundi

ouvert de 10 h à 12 h 15 et de 14 h à 18 h.

pas trop loin du casino.

Les bonus:

pour visiter Savannah, Charleston ou Miami, cliquez.

la Géorgie, été 2009

la Caroline du Sud, été 2009

le quartier art deco de Miami