10 bonnes raisons de faire un Road Trip aux USA

Et pas une de plus.

J’espère que celles-ci seront suffisantes, sinon, j’en ai d’autres dans ma manche pour les plus récalcitrants d’entre vous.

Voici 10 authentiques, légitimes et bonnes raisons (sans hiérarchie, vous pouvez les mélanger: on parle de voyage, pas de vente) de partir en road trip aux USA.

1- C’est Noël tous les jours

Vous souvenez-vous la sensation d’excitation, lorsqu’enfant vous vous réveilliez à l’aube, le matin de Noël, pour découvrir et déballer vos cadeaux et croire aux miracles?

En road trip, chaque matin, on ressent la même frénésie à la perspective de découvrir un nouveau parc, un nouveau site, une autre ville, tous rêvés et souhaités (sinon, on ne serait pas là).

Contrairement à une certaine rumeur qui voudrait me faire passer pour une vilaine fille, voici la preuve de ma grande sagesse (non, je ne suis pas la nouvelle Matthieu Ricard, ni la réincarnation de Confucius): quelques-uns de mes cadeaux, déballés au jour le jour lors de mon dernier road trip.

(dont voici l’itinéraire: Road trip de Vegas à Vegas )

 

IMG_6258
un coucher de soleil à Bryce Canyon

 

IMG_6657
Et un autre à Arches National Park

 

une belle collection de Hoodoos (Bryce Canyon)

un coffret « la photo sans peine » à Antelope Canyon

Et du coup, quelques beaux clichés à Monument Valley

Un panier garni plein d’Arches

 

IMG_6991.JPG
Et (après tout, pourquoi pas) un fer à cheval

 

2- On se prend pour un explorateur

Et ça va vite: il suffit souvent de chausser une paire de baskets (ou bien, oh là là, ne lésinons pas: une paire de chaussures de randonnée) et d’emprunter un sentier balisé pour se prendre pour un explorateur.

Il y a de ça, non pas dans l’effort physique (quoique …), mais dans le plaisir de la découverte et surtout dans l’impression , grâce aux rangers et aux visiteurs respectueux, de marcher dans une Nature intacte, telle que les pionniers l’ont découverte (si l’on arrive à faire abstraction des panneaux, balises et du chemin multi-foulé)

IMG_6336
on a dû y aller à la dynamite pour se frayer un passage

 

IMG_6363
En remontant le Navajo Loop (Bryce Canyon). Même pas mal

 

IMG_6557
Vent et Sable à Devils Garden (Arches)

 

IMG_6590.JPG
Une façon intelligence d’utiliser l’adversité: la pente et la roche sont tes amis. (un bon explorateur est un explorateur qui sait rester vivant)

 

IMG_6515
Windows Section (Arches NP)- Pose Totally Spies exclusive

 

L’ascension du Cratère à Canyonlands (phase 1: la verticalité; phase 2: l’horizontalité)

 

IMG_7735
à Death Valley

 

IMG_7724
On a marché sur la lune (Bad Water Basin, Death Valley)

 

Bonus: l’aventure mode d’emploi (article à lire, si ce n’est déjà fait !)

Arches N.P: l’aventure (même) pour les Nuls

3- C’est la fête du pique-nique

 

Tous les jours, on mange notre tartine dans un cadre exceptionnel…

IMG_6173
Sauf le premier jour, entre Las Vegas et Bryce Canyon: on a mangé sur un parking, mais un joli parking.

 

Gooseneck State Park; Bryce Canyon; Grand Canyon (Desert View)

IMG_6549
A Arches (Devils Gardens) aire de pique-nique pleine;  du coup, 1 banc pour 6.

 

 

IMG_6731
A Canyonlands. Royal

 

IMG_6915
A Monument Valley. No comment

 

IMG_7703
A Death Valley: le pique-nique sur coussin.

On a appris à faire disparaitre une salade de fruits en 3 secondes (plus vite que la mafia de Chicago pour un cadavre); on a fait nos courses dans un General Store (Bryce Canyon) comme dans les films de série B pour acheter des trucs bizarres qu’on a mangés jusqu’au dernier (mais en un peu plus de 3 secondes) et même dans l’avion, le pique-nique est rigolo.

4-De temps en temps, on mange dans un diner ou un saloon

Et c’est encore plus la fête.

Car la moleskine est le meilleur support de fesses pour qui veut déguster un milk-shake.

à Kingman, sur la route 66, un diner haut en couleurs (acidulées)

 

IMG_7395
A Williams.

 

IMG_6978
Du bison, dans un saloon, avec live music, à Page

 

IMG_6658
Round 2; notre repas précédent ayant disparu dans les cheveux de Jerry lorsque notre serveur a renversé le plateau sur sa tête. A Moab Brewery, pour déguster la production  des micro-brasseries. Et voir les malheurs de Jerry

5- Chaque petit déjeuner est un festin

Dans les Motels et les Campings, et à Las Vegas en général, les petits déjeuners sont rarement compris, alors, quand on loge dans un hôtel avec petit-déjeuner inclus, on se rejoue le .festin de Babette, voire, pour certain d’entre nous, la Grande Bouffe.
Débauche et décadence, à l’heure du pancake.
IMG_6272
Au Bryce Canyon Village, Féthi et sa tour de Pise (infernale) de tartines
IMG_7403
Au Cruiser’s diner de Williams: hash brown (pommes de terres rapées), oeufs au plat cuits pile et face, et pancake au sirop.

A Page: bagels, fromage, yaourt à la grecque, oeufs brouillés

pancakes aux fraises et mini-muffins

6- Tous les soirs un nouvel hébergement:  on ne s’ennuie jamais

  • Les motels et leurs couvre-lits des années 80, dont on se demande quel esprit malade a pu, non seulement concevoir le motif, mais en plus lancer la production à des milliers d’exemplaires.
  • Les hôtels et leurs chambres spacieuses, parfois grand luxe (possible à Las Vegas, en semaine)
  • Les abris de jardin (loués sous le nom pompeux et trompeur de Bungalow sur Booking, mais désignés fort honnêtement sous le nom de « cabin » = « cabane » par le camping)

En road trip, on peut improviser: arriver avant 18 h pour avoir une chance de trouver des chambres disponibles et négocier un prix.

On peut aussi décider de tout réserver d’avance, surtout lorsqu’on voyage dans des endroits prisés comme les parcs de l’Ouest américains.

Pour ce voyage-ci, j’ai tout réservé d’avance. Lorsque les prix étaient élevés (comme à Moab ou à Las Vegas le samedi) j’ai baissé nos prétentions: on a dormi, donc dans une « cabane » à Moab et au Royal Resort à Las Vegas, qui n’a de royal que le nom.

Lorsque je voulais un hébergement à un endroit précis (Williams, sur la route 66 ou près de Bryce Canyon, pour voir le coucher de soleil) on a pris des petits motels, sans prétention, comme nous, mais toujours propres (comme nous également).

Et lorsqu’on en a eu l’occasion, on a pris des chambres d’hôtel, bradées sur Booking ou ebookers: à Las Vegas ou à Page.

 

Le mignon et désuet motel de Bryce Pionner Village

Notre petite cabane à Moab, dans un camping très sympa (Arch Valley RV Resort and Campgroung) 

la classe à Vegas: le Jet Luxury Signature, avec bain à remous, chambre spacieuse et ultra-équipé et baie vitrée avec vue sur le Strip

A Blanding, sur la route de Monument Valley

7- La route est ton amie

La route vaut le détour et devient une destination en soi.

Le road trip ne revient pas seulement à aller d’un point à un autre pour visiter des parcs ou se balader dans un endroit différent chaque jour. Le road trip, c’est être nomade dans le sens où on « vit » sur la route (like a hobo, quoi), on y traîne, on y passe du temps. Et ça tombe bien, parce que souvent la limitation de vitesse est de 55 ou 65 miles/heure (soit environ 90 ou 105 km/heure) aux USA.

Que ce soit une route « mythique » comme la route 66; ou une « scenic drive », ou bien une route ordinaire, elle est toujours belle.

La scenic byway 12, entre Kanab et Bryce Canyon

 

IMG_7385
Sauras-tu deviner de quelle route il s’agit ? Un indice se cache dans la photo

 

IMG_6900
Le Forrest Gump Point, avec Monument Valley dans le décor

 

échantillons de route

 

Vers et à Death Valley

NB: évitez de prendre, comme co-pilote, Dalila, pour qui l’Ouest, quoi qu’il en soit et d’où que l’on vienne, se trouve immanquablement à gauche.

 

8- S’écarter de la route réserve des surprises

 

IMG_7008
sortir de la route est donc sans danger. Let’s go

 

Les Américains sont de doux fous, créatifs, et qui croient en leurs rêves.

Si les routes sont bien aménagées pour prendre des photos et admirer la beauté de leur pays, dès qu’on sort de la route et des sentiers battus, on tombe sur des pépites.

En voici queqlues-unes

A Armagosa, vers Death Valley, un opéra au milieu du désert 

 

ainsi qu’une galerie d’Art

Et rien d’autre.

 

du Street Art, à quelques blocs de Freemont Street, à Las Vegas Downtown

 

A Chloride, entre Las Vegas et Kingman, village hippie-marginalo-original: chez Digger Dave (le café du coin)…

On a de la lecture sur les tables: mais ce sont des cartes routières et des partitions musicales

Et au plafond… tout et n’importe quoi qui serait digne d’entrer dans un inventaire à la Prévert: un pistolet à colle, des roues de poussettes, et une cible et des fléchettes (avis aux amateurs en fin de soirée)

 

IMG_7578
Toujours à Chloride: une maison de retraite pour nains de jardin

 

 

Et puis, il y a Kanab, entre Las Vegas et Bryce Canyon, ex-lieu de tournage glorieux de westerns: un village fantôme de carton pâte, ou presque. Voir l’article qui lui est consacré…

En passant par Kanab, Little Hollywood, Utah.

 

9- La vie est comme une comédie musicale

Evidemment, comme on passe du temps en voiture, une bonne playlist met de bonne humeur.

Celle de Mike était très rock’n roll.

Sinon, on était branché sur Radio Elvis, en direct de Graceland, Memphis, Tennessee.

De savoir qu’une radio qui ne passe que du Elvis Presley existe et de pouvoir l’écouter, ça met en joie.

IMG_7430

Et quand on sort de la voiture, comme on est aux USA, qui ont quasiment inventé la musique et le disque (oui, je prends des raccourcis , mais j’arrive à la fin de mon article et j’ai décidé de virer toutes les nuances et les subtilités) on assiste à des concerts.

A Page, deux soirs de suite, dans notre saloon.

IMG_6976

Et à Freemont Street: 3 scènes pour des concerts toutes la soirée.

Je suis restée en arrêt devant un groupe de cow-boys qui jouaient aussi bien de la country (line dance dans le public) que du blues ou du rock.

IMG_7640

 

Et pendant ce temps, d’autres artistes s’exhibent…

10- On reste groupir

On est un groupe, une équipe, on vit ensemble, on partage nos repas, on choisit nos itinéraires, on décide quelles balades on va faire quelles régions hostiles on va explorer, on se trouve drôle et même irrésistible et on s’en félicite à tour de rôle, on a des fous rires,  et on est les seuls à les comprendre et à les tolérer.

IMG_6635
En attendant le coucher de soleil à Arches: 2 heures de conversation à bâtons rompus (bon d’accord, on a parlé boutique)
IMG_6690
Méditation face à la beauté grandiose de la Nature et face à l’art complexe du selfie
IMG_7594
Fous rires sur canapé marron et moquette kaki (Hôtel El Cortez, Las Vegas downtown)
IMG_6718
rester groupir

Merci Dalila, pour tes maladresses (les bouchons de bouteilles sauteurs, bien qu’étant à vis), tes imitations et tes délires quotidiens, dont je livre un des plus savoureux de la semaine: à Mike, qui déclarait que, dans mon blog il fallait savoir lire entre les lignes (ce que je conteste: lire les lignes est suffisant et recommandé pour bien saisir l’essence du message), elle a répondu: « Oui, voilà, pour lire le blog de Rozenn, il faut mettre des lunettes 3D »

Merci Pauline. Ton rire est une grâce. Il me fait chaque fois penser à celui du Petit Prince, raconté par Gérard Philippe. Merci pour tes explications (« parce que c’est comme ça ») et tes arguments pour éviter de trop grimper les sentiers de randonnées (« la vue doit être la même là haut »), tu m’as beaucoup appris ! et pour la facilité qu’on a à vivre avec toi.

Merci « Mike-vous-êtes-ici », pour le moment (je plaisante, hein !), pour la distribution quotidienne de M et M’s et de chips, pour la positive attitude et pour être un bon camarade; et pour m’avoir toujours scrupuleusement indiqué où on se trouvait sur la carte routière.

Merci Thomas pour ta gentillesse, aussi inébranlable qu’un monolithe, ça fait chaud au coeur (tu es, soit dit en passant, indispensable au bon fonctionnement du monde), pour être un bon copain de bière, ça fait toujours plaisir, et pour ta drôlerie.

Bravo Féthi … pour l’ensemble de ton oeuvre.

death valley
De gauche à droite, plus ou moins: Dalila; moi: Rozenn; Thomas; Mike et Pauline

 

 

Et merci à mon gentil mari qui, non seulement me laisse partir (avec appréhension), mais aussi et surtout me laisse rentrer (avec soulagement)

A moins que ce ne soit l’inverse ?

 

 

 

En passant par Kanab, Little Hollywood, Utah.

Tout ça à cause de Clint Eastwood.

C’est de sa faute aussi, il n’aurait pas dû avoir ces yeux, c’est déloyal. Comment résister à l’envie de fouler un sol qui a eu l’honneur de le voir écraser ses vieux cigares de cow-boy à qui on ne la fait pas?

Bref, quand j’ai vu dans un guide qu’à mi chemin entre Las Vegas et Bryce Canyon, à condition de bien vouloir faire un détour,  on pouvait visiter « Little Hollywood » : des collines, des paysages où furent tournés quelques westerns avec John Wayne (m’en fous) ou Clint Eastwood (oh mon dieu !), j’ai eu envie d’y aller.

J’ai donc convaincu mes compagnons de voyage qu’il fallait passer par là, en leur expliquant qu’ils n’avaient pas le choix, vu que c’était moi qui conduisais notre voiture.

On a commencé par faire notre itinéraire au mac Do car notre hôtel, le Royal Resort, plus Resort que Royal, ne propose le WIFI que contre la somme de 9.90$/jour, ce qui nous a amenés au mac do, où, pour ce prix, on peut nettement améliorer ses scores en matière de cholestérol et surfer gratuitement sur le web…

… à condition de la connexion soit bonne. Ce qui n’était pas le cas.

Résultats, j’ai réduit mon espérance de vie de 3 jours en consommant un demi-litre coca light dans l’espoir d’accéder à google maps et j’ai finalement fait mon itinéraire à l’ancienne, en dépliant une carte routière et en équipe. Chacun prenant part à la chose: Pauline et Dalila sont allées sur le parking, non pour jouir de la vue imprenable sur les poubelles, mais pour profiter du soleil, Thomas m’a dicté les numéros des routes et les directions, Féthi a goûté les différents sodas de la fontaine  et Mickael a englouti un milk shake grand comme l’himalaya avant de m’aider à replier la carte.

Nous voilà donc sur l’Highway 15 vers le Nord.

IMG_6164

IMG_6170

On est passés par l’Arizona, on est arrivés en Utah, on a perdu 1 heure (changement de fuseau horaire); j’ai trouvé que c’était l’heure de manger, j’ai vu un visitor center; il était fermé; alors on a pique-niqué sur le parking.

IMG_6171
Quelque part en Utah; pique-nique la tête dans le coffre

 

 

IMG_6173

 

Et puis, on est arrivé à Kanab, dans le Kane County, après avoir franchi un ou deux cols à dos de Yukon XL, une voiture du genre autoritaire qui m’explique que je ne peux espérer aller bien loin sans desserrer le frein à main, que j’ai intérêt à mettre ma ceinture si je veux démarrer, que c’est pas malin de laisser les clés dans la voiture, et que ça sert à rien de laisser les phares allumés.

On a traversé Kanab en cherchant le centre-ville, puis à la sortie de la ville, on a compris qu’on avait traversé le centre ville et on a fait demi-tour, en se promettant d’être plus attentif cette fois-ci et de ne pas le rater une deuxième fois. Dès qu’on a vu un parking (vide,cependant) notre puissant esprit de déduction nous a fait conclure qu’on y était.

IMG_6184

IMG_6185

Nous voici au « Frontier Movie Town Muséum« 

Pendant que Mike pratique des expériences sur Dalila en testant son seuil de tolérance et vérifiant à quel point elle peut être conciliante…

IMG_6188

…. j’entre dans l’endroit, qui réunit une boutique, un restaurant (genre routier) et une porte sur laquelle il est écrit « muséum entrance », une dame m’accueille et me demande si je veux visiter le musée. Hum, je ne veux pas avoir l’air d’une affamée qui s’est précipitée à travers les montagnes de l’Utah pour humer la poussière foulée par Clint Eastwood il y a 40 ans. Alors, je fais mine de m’intéresser aux horaires d’ouverture et aux tarifs. Signes positifs du destin: c’est ouvert et c’est gratuit.

Le musée est en fait une sorte de village fantôme fait de décors ambiance western; c’est rigolo; on l’a pour nous tous seuls. C’est notre cour de récréation.

IMG_6189
Main street (je viens de l’inventer, mais aux USA, il ne peut en être autrement

IMG_6205 - copie

IMG_6201 - copie
à gauche, le saloon avec filles de joie à la fenêtre
IMG_6207
cimetière plein de criminels victimes d’une erreur d’interprétation ou des circonstances

Du cliché en veux-tu, en voilà…

IMG_6194

IMG_6203

IMG_6200

IMG_6214
dans la boutique

IMG_6213

Et puis on a continué notre route, en passant (parce que c’était la seule, mais s’il y en avait eu plusieurs, c’est celle là qu’on aurait choisie) par la magnifique « scenic byway 12 »

On reconnait la beauté d’une route au nombre de petits parkings aménagés pour y garer sa voiture et prendre des photos des jolies points de vue.

D’où halte…

IMG_6217

Quand on fait une pause photos, on dirait une équipe d’élite du SWAT: on se déploie, et chacun est à son poste:

Mickael se met dans mon champ, Féthi fait des selfies, ou quand le selfie à bout de bras n’est pas satisfaisant,  des selfies assistés par qui sera à porté de main (libérée de la contrainte du selfie et rendue disponible pour attraper le premier d’entre nous passe, en l’occurence, Thomas), Pauline et Dalila discutent du pour et du contre (de je ne sais pas quoi, mais c’est ce qu’elles font en général) et moi, je cherche le meilleur angle pour mes photos.

L’envers du décor….

IMG_6219

IMG_1779
je cherche le bon angle de prise de vue. Et Féthi prépare un selfie

 

IMG_6226

 

IMG_6220

Et le décor….

IMG_6216

 

IMG_6224
Red Canyon

 

IMG_6233

 

IMG_6231

 

On a continué jusque Bryce Canyon, pour le voir au coucher du soleil.

 

IMG_6235
à noter: une piste cyclable court le long de la route jusque Bryce Canyon

 

 

au sunset point, on s’est mis là où les photographes à trépieds et gros objectifs s’étaient installés et on a vu ça….

 

IMG_6245

 

 

IMG_6250

 

 

IMG_6255

 

Et puis on s’est rendu à notre motel, où, comme souvent, on a découvert des dessus de lits improbables.

 

IMG_6266