24 heures (chrono) à la Nouvelle Orléans

00h01: Installation à l’auberge de jeunesse, The Garden District House.

Comme notre vol a eu 4 h de retard, tous nos projets de petite soirée festive dans le patio se sont envolés, plus rapidement que notre avion d’ailleurs, et il nous reste tout juste assez d’énergie et d’esprit d’initiative pour faire chauffer de l’eau pour un repas Bolino.

garden district house 1

garden district house 2
la tête des grands jours (Pauline et Dorothée à gauche, Thomas et Dalila à droite)

00 h 30: l’épreuve de la douche américaine.

Aux USA, régler la température et le débit de l’eau relève du mystère. Je pense qu’il faut avoir été initié par un plombier qu’un chauffagiste vous aurait présenté après avoir été parrainé par le staff de Brico Dépôt pour en comprendre le fonctionnement. Comme je n’ai bénéficié d’aucun intermédiaire averti entre la douchette et moi, je me contente d’une douche froide, tout en tournant les deux robinets dans les deux sens, dans une belle et infinie danse du 360 °.

00 h 53: apparition de l’homme en slip, dans le couloir, surpris de croiser quelqu’un de vêtu.

1 h00: dodo. On a un dortoir plutôt spacieux avec 3 lits superposés.

4 h00: je me réveille. Il est 11 h en France, normal.  J’hésite entre poser cette question absurde et pleine d’inconscience: « vous dormez? » et faire semblant de dormir, même au cas où on me poserait la question. Je choisis de privilégier la sérénité de nos relations plutôt que de les réveiller tout pour goûter aux plaisirs d’une bonne conversation à batons rompus. Je me rendors en me félicitant de mon sens de la diplomatie et des relations humaines.

7 h00: je tente un « vous êtes réveillés? » pour voir dans quel état d’esprit se trouvent mes compagnons de voyage. Par chance, ils sont dans un état de veille.

On se prépare pour le petit déjeuner qui est servi (?) à 7 h 30. En fait, nos estomacs sont prêts depuis longtemps, il leur manquait juste la position verticale et la contribution de nos jambes pour atteindre la salle à manger  (à 3 m de la chambre)

7 h 29: rien

7 h 32: toujours rien. La cuisine est vide, la salle à manger aussi.

7 h 33: Chacun sa tâche: Dalila va affronter Kristen à l’accueil, pour lui rappeler que c’est heure de mettre en place le petit déj sinon, à quoi ça sert d’avoir pris sur nous pour nous lever. C’est toujours à elle qu’on confie ce genre de boulot: affronter les chauffeurs de bus mal lunés, les serveuses en rogne, les employés désagréables, les préposés malentendants.

Dorothée prépare les pancakes, moi les gaufres, Pauline tourne en rond dans le sens des aiguilles d’une montre et Thomas dans l’autre sens.

GARDEN DISTRICT HOUSE 3.jpg
la tête des grands jours (Pauline à côté Dalila en face de Dorothée à droite de Thomas)

8 h 40: balade dans le quartier de Garden District.

C’est un quartier résidentiel très agréable, surtout un dimanche matin.

IMG_1348
sur Felicity Street, pour rejoindre Magazine Street
IMG_1350
le détail qui montre que nous sommes à la Nouvelle Orléans
IMG_1353

le sourire de Pauline nous montre aussi que nous sommes à la Nouvelle Orleans et ce n’est pas un détail (et aussi que j’ai sorti mon appareil photo).
IMG_1365
autre détail qui montre que nous sommes à la Nouvelle Orléans
IMG_1370
Sur magazine Street

9 h 15: balade dans le Warehouse District.

Changement d’ambiance et d’architecture.

On s’approche du Centre Ville, et du Mississippi.

IMG_1384

IMG_1386

IMG_1392
C’est dimanche matin, les gens ont faim, leurs estomacs ont commandé à leurs jambes de les emmener dans un endroit réputé pour le brunch où ils vont faire la queue sur le trottoir; ça leur fait les pieds.

9 h 40: je me fait klaxonner par un tramway nommé désir. Il a de la chance d’être lancé, sinon, je lui aurait envoyé Dalila.

10 h 00: le Vieux Carré (French Quarter) autour de Jackson Square.

IMG_1412
Sérénade de cuivres; mais ici, les musiciens sont au balcon et les spectateurs en dessous
IMG_1418
la cathédrale Saint-Louis

Devant la cathédrale, des diseurs de bonne aventure, des liseuses dans les vignes de la main, des tireurs de cartes, des astrologues, des gens qui croient ce qu’on lit sur internet (non, je plaisante ! il n’y avait pas d’astrologues!)

10 h 30: on se dirige vers le quai au bout de Toulouse Street, pour une petite croisière sur le Mississippi.

Comme c’est le French Garden Fest, il y a des contrôles de sécurité à tous les accès du « river front ». Les gens font la queue en attendant que l’accès aux contrôles qui filtrent les accès aux berges du Mississippi soient ouverts. On trouve un passage sans contrôles (en fait, passer dans le dos du « contrôleur ») mais on n’ose pas trop. On regarde ce qui arrive aux festivaliers qui prennent cette option: arrestation ? bannissement ? regard réprobateur ? coup de sifflet ? carton rouge ?

Les premiers qui passent dans le dos du contrôleur restent inaperçus. Les suivants arrivent à presser le pas avant qu’on ne les surprenne, les suivants se font refouler. Du coup, on envoie Dalila expliquer qu’on doit embarquer à 11 h et qu’on n’a pas le temps d’attendre que le contrôleur ait fini d’installer tout son matériel de contrôleur: la chaise, la barrière, l’air sévère et inflexible, le règlement écrit en toutes lettres et le parasol.

Comme on pouvait s’y attendre, Dalila se fait humilier en deux temps: d’abord par une contrôleuse qui lui dit non avant même qu’elle ait pu prononcer le moindre mot. Puis par une deuxième qui tourne la tête comme si elle ne l’avait pas vue, ou bien que Dalila n’ait pas plus d’importance qu’une mouche.

On insiste, on y va à deux; au règlement écrit en toutes lettres on oppose nos tickets pour la croisière, à leur air sévère et inflexible, une mauvaise humeur de circonstance.

10 h 40: Victoire; on passe les contrôles avant tout le monde !

 IMG_1435

10 h 45: on découvre avec stupeur un orgue improbable qui fait une puissante cacophonie avec la vapeur du Steamboat.

 

en descendant le Mississippi….

 

IMG_1473
ça ne se voit pas, mais il faisait vraiment froid en descendant le Mississippi

Quand on a fait demi-tour pour retourner vers la Nouvelle Orléans, la vitesse s’est réduite, le vent est tombé, il s’est remis à faire chaud, le concert de jazz a commencé.

Dorothée a décidé de partir à la recherche de Pauline et Dalila, a trouvé la salle des machines, les toilettes et la salle à manger où elle les a trouvées grelottant sous la clim et digérant un bon sandwich aux crevettes.

IMG_1485
pour moi, ça a été une bisque de la mer, sur le pont, avec vue sur le Mississippi et sous le soleil louisanais.

 

13 h 30: retour à la Nouvelle Orléans, en plein festival du French Quarter.

IMG_1491

13 h 40: je me dis que vraiment les américains sont toujours bien équipés: glacières de 250 l pour aller à la plage, barbecue de colonie de vacances pour les pique-niques, sièges pliants grand confort pour aller écouter de la musique.

IMG_1496

13 h 45: direction le Vieux Carré.

IMG_1499

IMG_1501

IMG_1520

Des concerts à chaque coin de rue et de ci de là, des stands de poésie (donnez un sujet, on vous fait un poème), de tatouage au henné etc..

 

 

IMG_1526
le fauteuil pliant, l’ami du festivalier américain

 

15 h 30: balade dans le Faubourg Marigny

On décide de s’éloigner de la foule du Vieux Carré pour aller flâner dans le Faubourg Marigny: maisons colorées et rues tranquilles.

IMG_1533
avis aux amateurs

Au détour d’une rue, on tombe sur ce Brass Band plein de jeunesse et d’énergie, malgré la chaleur accablante.

ça nous revigore, et en même temps, ça nous donne soif.

IMG_1553
un chouette Brass Band

On se dit qu’on chercherait bien un endroit sympa pour se désaltérer , alors, on traverse la rue pour s’installer au balcon de Dat Dog, sur Frenchmen Street.

16 h 30: on s’installe au Dat Dog

IMG_1556
Dat Dog, Faubourg Marigny.

16 h 35: Comme il faut commander au bar, Pauline et Dalila se proposent d’aller se renseigner sur le choix des soft drinks.

16 h 45: je me dis que j’aurais dû prendre une photo d’elles avant leur disparition.

16 h 50: je pars à leur recherche.

Elles n’ont pas mis la main sur la carte des sodas, mais ont trouvé le barman, qui est débordé et Vincent Cassel qui lui aussi cherche un créneau dans l’emploi du temps du barman pour pouvoir passer commande. Du coup, elles font preuve de beaucoup moins de zèle pour mener à bien ce qu’elles étaient venues faire, ayant été soudainement détournées de leur objectif initial par l’aura de l’acteur, qui a embrouillé tous leurs radars: elles tournent en rond autour du bar, en faisant semblant de s’impatienter et en m’expliquant qu’il n’y a pas moyen d’obtenir quoi que ce soit de ce barman proche du burn out.

16 h 55: je retourne sur le balcon, j’explique à Dorothée et Thomas que Vincent Cassel est à l’intérieur; Thomas en conclut que j’ai attrapé une insolation.

17 h 00: apparition de l’acteur sur le balcon, à côté de notre table.

17 h 03: retour miraculeux de Pauline et de Dalila. J’en déduis qu’elles ont mis 3 mn à se rendre compte que Vincent Cassel avait quitté le bar pour rejoindre le balcon. C’est dire si elles étaient déboussolées.

On peut enfin savourer nos sodas.

IMG_1555

17 h 15: je vais remplir mon verre à la fontaine de soda; en retournant sur le balcon, je dévisage l’artiste bien à l’abri derrière mes lunettes de soleil. Lui aussi me regarde bizarrement; il doit avoir remarqué ma personnalité !

17 h 17: je me rends compte que ce n’est pas mes lunettes de soleil que j’ai sur le nez, mais celles de vue.

17 h 18: je balaie du regard le balcon à la recherche d’un endroit pour me cacher; bien que portant des lunettes de vue, je n’en trouve pas.

IMG_1572

 

17 h 00: le parc Louis Armstrong

17 h 45: un petit tour, puis après s’être consultés rapidement (on s’est regardé, on a vu notre air fatigué), on décide de s’assoir un peu dans l’herbe pour réfléchir à différents sujets qui nous préoccupent: est-ce que tu viens pour les vacances, y aura-t-il de la neige à Noël ?

IMG_1581

18 h 20: un bruit bizarre nous réveille: celui de nos ronflements respectifs.

IMG_1584
sieste avec vue sur le ciel

18 h 30 retour vers Jackson Square

IMG_1594

 

C’est le happy hour…

Proposer une formule all-you-can-drink, ça donne ça: un bar qui déborde jusqu’au trottoir; une foule nombreuse qui parle bruyamment, parce que, quand on a trop bu:

  • on ne s’entend plus (c’est bizarre, mais véridique)
  • on a tendance à répéter ce qu’on a déjà dit, parce que soit on a oublié ce qu’on a dit, soit son interlocuteur ne comprend pas
  • on parle pour ne rien dire et en buttant sur les mots de plus de trois syllabe (ou alors, on mange la moitié des syllabes, ce qui revient au problème précédent.

 

IMG_1599
public assis dans fauteuil pliant déplié pour l’occasion, à Jackson Square

 

IMG_1600
big band swingant

 

19 h 00 passées: on décide de rentrer en street car et en s’arrêtant dans différentes boutiques de souvenirs.

19 h 30: on trouve l’arrêt de Street Car, on grimpe de dans, Dalila ne se fait pas réprimander par le chauffeur, elle a du mal à y croire.

 

On finit la route à pieds.

20 h 30: Il nous reste juste assez d’énergie et d’esprit d’initiative pour chauffer des plats au micro-onde.

23 h 53: apparition de l’homme en slip puis de la femme en liquette.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s