Bryce Canyon, le peuple de l’air

La journée a commencé comme une pièce de Ionesco, dont les personnages superposent leurs répliques sans jamais vraiment se parler, donnant ainsi lieu à des situation absurdes, parfois grotesques, qui nous donnent à voir le tragique d’une existence où toute communication est impossible et toute tentative de dire quelque chose reste vaine , lorsque Dalila, après m’avoir envoyé la porte de la salle de bain dans la figure , et alors que je m’en plaignais, m’a répondu, sans malice : « ah bon ? Je n’ai rien senti ».

Lorsque comme convenu, à 7 h , Pauline, Dalila et moi nous avons frappé à la porte des garçons pour qu’on aille prendre le petit déjeuner ensemble, nous avons senti, au flottement qui s’en est suivi, qu’un événement surréaliste allait survenir. Ils n’étaient pas réveillés, bien qu’ils aient fait beaucoup d’efforts pour ne pas avoir l’air surpris en composant un visage calme et concentré (mon opinion est qu’ils s’entrainent au travail). Même notre inénarrable Féthi, le roi de la vadrouille, qui, d’habitude, dans nos voyages, lorsque nous le rejoignons au petit déjeuner, a déjà parcouru 3 fois la ville, collecté des dépliants touristiques, des plans de la ville et de la région, des dosettes-au-cas-où et parlé à tous les habitants du quartier pour savoir comment ils se portent et où on peut trouver la meilleure boulangerie du coin, et avalé déjà de quoi poursuivre à ce rythme toute la journée semblait tomber du lit. Et il avait bien raison, car c’était le cas. On allait enfin arriver avant lui dans la salle du petit-déjeuner et on aura la primeur et l’exclusivité du buffet.

Bien que Thomas, Mike et Féthi aient visiblement eu plusieurs fois l’occasion de s’entrainer à composer le visage averti de quelqu’un qui sait de quoi on parle alors qu’il sort de la sieste, on a bien vu qu’ils n’avaient pas idée de l’heure qu’il était, même quand je leur ai dit qu’il était 7 h. « Il n’est pas 5 h 30 ? » m’a demandé Féthi. Non, pourquoi, 5 h 30 ? « Comme ça ».

IMG_6272
petit déjeuner au Bryce Pioneer Village

 

IMG_6274

Bryce Canyon: le Queen’s Garden Trail et le Navajo Loop

Ce matin, pour continuer à voir si nous sommes capables de composer un visage serein en toute circonstance au saut du lit comme dans la souffrance, nous avons choisi d’associer deux chemins de randonnée, qui nous emmènent au fond du Bryce Amphitheater: le Queen’s Garden Trail et le Navajo Loop, au départ de Sunsire Point (que nous avons déjà visité hier, au coucher du soleil, pour vérifier si on y voyait aussi bien le soleil se coucher qu’au Sunrise Point. La réponse est oui).

IMG_6279
En chemin pour le Sunset Point

Le sentier démarre donc au Sunrise (que nous aurions pu voir, s’il avait été 5 h 30 quand il était 7 h) point et descend agréablement et en serpentant entre les hoodoos, sorte de silhouettes faites de roches friables érodées qui ressemblent à une foule de curieux, un public silencieux, sculptés par Giacometti.

IMG_6286

 

IMG_6304
ça descend

IMG_6310

IMG_6315

IMG_6312

IMG_6324

IMG_6319

IMG_6325

IMG_6333

Un charmant randonneur, qui semble avoir plaisir à balader ses jambes et son sac à dos dans le coin, nous salue d’un énergique « good morning » que nous trouvons bien agréable la première fois, un peu surprenant la deuxième et carrément flippant toutes fois qui ont suivi.

Cela détourne notre attention de la chaleur et de la pente. On a supporté l’une et descendu l’autre avec enthousiasme jusqu’à ce qu’on comprenne que l’une et l’autre combinées sont redoutables dans la montée

IMG_6352

 

IMG_6362
En remontant
IMG_6365
la population silencieuse de Bryce Canyon

 

IMG_6371
Famille soudée de Hoodoos

 

 

 

IMG_6373
Arrivée en haut, je refais la maligne

 

IMG_6382
l’inévitable car de touristes

Le circuit nous a pris 2 heures.

ça nous a laissé le temps de reprendre la voiture et de nous diriger vers Inspiration Point, pour le coup d’oeil, qu’on peut jeter depuis un promontoire qu’on n’a pas « escaladé » jusqu’en haut, on avait une assez bonne idée de la chose (Inspiration point) de là où on était, a estimé Pauline.

IMG_6388

IMG_6391
Inspiration point: colloque de Hoodoos

Re-voiture jusqu’à Bryce Point.

Re- chute de Dalila, qui, comme un enfant qui se prend les pieds chaque fois dans le même tapis, tombe systématiquement de la voiture, assez haute, je l’accorde, puisqu’elle est pourvue d’une marche (dont Dalila n’a pas encore eu l’usage), au lieu d’en sortir, comme tout le monde (ou avec élégance, comme moi par exemple)

IMG_6396

IMG_6397

Et puis on a dû quitter le parc parce qu’on avait encore de la route à faire pour rejoindre notre étape suivante: Moab.

On est repassé par Red Canyon (Scenic Byway 12)

IMG_6410

IMG_6416
Petite balade derrière le Visiter Center de Red Canyon

On a pris l’I-70 , une Interstate royale qui offre des paysages spectaculaires….

IMG_6436

IMG_6451

….et de nombreux arrêts « point view » aménagés le long de la route grâce auxquels on peut en savoir plus sur les Mormons qui, bien qu’étant l’objet de nombreux fantasmes faciles, du fait de leur réputation de polygames, n’ont pas toujours eu la vie facile. Voyez par vous-mêmes:

IMG_6420

IMG_6421

Bref, merci l’Utah !

Arrivés à Moab, nous nous installons pour 2 nuits au Moab Valley Resort and RV campground. J’ai réservé une « cabin » (= cabane) que Booking présente comme un cottage (= cabane) ou un bungalow (= cabane), mais en fait, c’est plutôt un abri de jardin.

Avec vue sur la montagne et piscine.

Après un petit pique-nique qui a vu la défaite d’un paquet de chips terrassé par Féthi (ce qui m’a rappelé la scène de l’ours dans The Revenant), et l’explosion d’une soupe en micro-ondes, nous avons estimé, à la tombée de la nuit, qu’on pouvait remballer nos restes de pique-nique. Comme j’étais la seule à ne pas avoir mangé avec les doigts, je suis allée faire la vaisselle (un gobelet en plastique; mais prononcez timbale, Thomas y tient).

En revenant, tout était éteint dans le bungalow (à par le portable de Mike qui brillait dans son lit, ou plutôt entre son nez et ses mains). ça ne m’arrive pas souvent, mais je me suis mise à râler: et pourquoi ils avaient déjà éteint, c’était pas une heure, quoi, déjà ? à 21 h 30? et qu’est-ce qui avait pris à Dalila et à Pauline d’être déjà couchées alors qu’on devait aller aux sanitaires ensemble, elles ne m’avaient pas attendue ? ben quoi, les copines, c’est pas cool

C’est à ce moment que je me suis rendu compte que je m’étais trompé de bungalow, ou cottage, ou cabane… J’ai dit pardon, j’ai refermé la porte, et je n’ai même pas eu à éteindre la lumière en sortant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s