Ellis Island à New York: un musée qui dit merci aux Immigrés.

« Vas voir ailleurs si j’y suis »

Lorsque j’étais petite, c’est-à-dire il n’y a pas très longtemps (puisque ça fait quelques décennies mois que j’entretiens ma gaminitude grâce à l’acide glycolique, même si je pense parfois qu’un bas-nylon enfilé sur ma tête aurait un effet tenseur plus certain que cette crème miracle achetée au prix du caviar), à une époque où je passais le plus clair de mon temps à m’interroger sur pourquoi j’avais autant d’épis sur la tête au lieu d’une chevelure d’enfant modèle,  il arrivait que des adultes soucieux de paix, de quiétude et de silence, au lieu d’aller les trouver dans un monastère, une grotte ou un ashram, considéraient qu’il était plus simple pour eux et nettement moins contraignant de  m’inviter à aller voir ailleurs s’ils y étaient.

Ce que je faisais assez docilement, surtout parce que, étant vexée,  j’allais voir ailleurs pour vérifier qu’ils n’y étaient pas et pouvoir y bouder bien tranquille. Car, je me suis vite rendu compte de la supercherie: ils n’y étaient jamais. Cependant l’injonction « vas voir ailleurs » est finalement une belle invitation à la découverte et à l’indépendance, et je soupçonne même l’homo erectus d’avoir choisi la bipédie pour aller voir ailleurs qui y était (c’est une théorie scientifique que je peaufine depuis quelques minutes).

IMG_2861 - copie
« Vas voir ailleurs si j’y suis », voilà où ça m’a menée: loin, ou du moins, là.

 

L’Homme est un grand chercheur d’horizons, arpenteur de continents, découvreur de contrées, parcoureur d’océans et migrant courageux.

Passé ce petit préambule, nous y voici: les Etats-Unis sont essentiellement peuplés de migrants venus par vagues, et en bateau; des culs-terreux, des va-nus-pieds, des affamés, des pouilleux, des dépouillés, des crève-la-faim, des déclassés, des persécutés, qui rêvaient d’avenir et d’avoir un destin; ces étrangers qui font l’identité américaine, auxquels un musée est consacré, et un hommage rendu, à Ellis Island.

Aux USA, les immigrés sont plus que des étrangers, ce sont des ancêtres, des racines, que l’on vient rechercher ou retrouver à Ellis Island.

 

Visiter Ellis Island

Pour visiter Ellis Island, c’est assez simple

Surtout si vous êtes un voyageur du XXI° siècle.

Vous grimpez dans un avion; en traversant la Business Class, vous espérez que ces enfoirés de privilégiés pleins aux as ces gens qui ont réussi dans la vie ne liront que l’indifférence que vous tentez d’afficher sur votre visage et non l’envie qui tout à coup vous dévore lorsque vous voyez que dans l’équivalent d’un de leur siège la compagnie aérienne fera voyager 3 pékins de classe économique;  vous vous plaignez un peu parce que les sièges sont étroits, ou vos jambes trop longues (je rêve d’une circonstance telle, qui me donnera l’occasion de me plaindre d’avoir de trop longues jambes); vous exprimez votre dépit, lorsque l’hôtesse, au lieu de vous proposer comme toujours « chicken or pasta ? » vous annoncera qu’hélas il ne reste plus de gratin de coquillettes (on est d’accord, on ne prend pas l’avion pour manger une portion de pâtes, mais avoir le choix, entre chicken et pasta, c’est le seul luxe qu’on peut s’offrir en classe économique), vous trouvez les formalités de passage de frontière interminables et regrettez qu’il soit impossible de doubler discrètement tant les gens ici sont disciplinés et les files d’attente bien organisées.

Bref, en à peu près 10 h, vous foulez le sol américain et vous retrouvez dans un taxi conduit par un Pakistanais.

Vos vous rendez à Castle Clinton où on vous délivrera un ticket donnant accès au ferry qui vous conduit d’abord à Liberty Island, d’où vous prenez un ferry (le même si vous ne descendez pas) pour Ellis Island.

IMG_2928
Castle Clinton et la foule de touristes prêts à embarquer

 

 

IMG_2799
En quittant le Sud de Manhattan

 

IMG_2802
celle-là aussi je l’aimais bien

 

Si vous venez de Manhattan, le ferry passe d’abord par Liberty Island. Et vous aurez une pensée pour les migrants de la fin du XIX et du début du XX qui étaient accueillis par cette Lady Liberty. Je pense qu’on ne peut pas être accueilli avec plus d’élégance.

IMG_2809

La visite de l’île et du piédestal qui renferme, outre un bon stock de marches, un musée consacré à la conception de la statue de la Liberté, peut se faire en une bonne heure, peut-être deux.

 

IMG_2824
le compte est bon

 

IMG_2836
La Statue de la Liberté et le ciel vus depuis le piédestal

 

 

 

IMG_2826
le New Jersey à gauche, derrière Ellis island, et Manhattan à droite

 

IMG_2862
Dalila et moi, avec deux nuages en guise d’auréoles; que beau tableau !

On continue la visite en prenant un nouveau ferry pour Ellis Island

IMG_2920
Ellis Island

 

 

IMG_2917

 

IMG_2893
the registry room, où commence la visite audio-guidée qui vous fait suivre le parcours des arrivants (enregistrement, examens médicaux et mentaux, quarantaine éventuelle, état civil, questionnaire digne de l’ESTA …)
IMG_2912
the registry room, à « l’époque »

 

IMG_2902
les visages de l’Amérique
ellis-island3
les visages de l’Amérique (bis)

 

IMG_2904
une question parmi d’autres pour vérifier l’état mental des nouveaux arrivants

 

IMG_2903
celle-ci me plaît: si c’est broadway dans votre tête, faites vous interner

 

 

Aller à Ellis Island, c’est un peu moins facile si…

vous êtes un paysan sicilien, irlandais ou polonais, au début du XX° siècle

Vous commencez par faire vos bagages. Contrairement à certains touristes pour qui 23 kg de bagages pour aller passer une semaine sous les tropiques constitue un dilemme vestimentaire assez cruel, vous arrivez à faire tenir tout ce que vous possédez dans un baluchon. ça tombe bien, puisque vous allez devoir porter ce que vous emmenez.

 

 

photo-a the passage

Vous commencez pas traverser l’Europe à pied, à cheval ou en train, pour aller vous entasser avec 3000 autres passagers sur l’entrepont d’un bateau pour une traversée d’une à deux semaines.

C’est l’odyssée du pauvre, racontée dans le film « Golden Door » à hauteur, modeste, d’hommes ballotés par les flots autant que par les misères ou les injustices de l’existence.

photo-c the passage

 

« Donnez-moi vos pauvres, vos exténués / Qui en rangs serrés aspirent à vivre libres »

 

photo-a arrival

 

« Give me your tired, your poor,
Your huddled masses yearning to breathe free,
The wretched refuse of your teeming shore.
Send these, the homeless, tempest-tossed, to me,
I lift my lamp beside the golden door ! »

Cet extrait du poème d’Emma Lazarus vous accueille, vous les immigrés qui arrivez enfin dans le port de New York.

Vous êtes 12 millions à être passés par Ellis Island, entre 1892 et 1954. Vous êtes les ancêtres de presque qu’un Américain sur deux.

 

« Donnez-moi vos pauvres, vos exténués

Qui en rangs serrés aspirent à vivre libres,
Le rebut de vos rivages surpeuplés,
Envoyez-moi ces déshérités rejetés par la tempête

De ma lumière, j’éclaire la porte d’or ! »

(traduction wikipedia)

 

 

En arrivant à Ellis Island, fatigués et éprouvés par le voyage, vous laissez vos bagages dans la « luggage room » et vous apprêtez à passer les contrôles physiques et et tests mentaux, vous qui parfois ne savez ni lire ni écrire, qui n’avez jamais quitté votre coin de campagne.

voici ce que ça donne quand on demande à un paysan illettré qui n’a jamais tenu un crayon de dessiner un diamant; un test parmi d’autres…

IMG_2907
S’il te plaît, dessine moi un diamant: en haut, ceux qui n’ont jamais tenu un crayon; au milieu , ceux qui ne sont jamais allés à l’école, en bas, ceux qui y sont allés moins d’un an.

 

« Isle of hope, isle of tears »

Si vous avez un coeur sain, des poumons fréquentables, le moral, aucun passé criminel, pas de maladie rédhibitoire, vous avez votre ticket pour Manhattan où vous attendent peut-être des proches et de nouvelles aventures.

Sinon, vous êtes renvoyés chez vous (gratuitement)

IMG_2919

Ellis Island est un musée qui donne un visage, une voix, une existence individuelle aux immigrés

Ellis Island est aujourd’hui un musée vous permet de comprendre, en le suivant, le parcours des immigrés à leur arrivée. Mais aussi un musée qui leur donne un visage, grâce à  des portraits et photos d’archives, une voix par les témoignages enregistrés, une existence par l’exposition d’objets folkloriques, de culte ou du quotidien, ramenés de leurs pays d’origine. Ellis Island nous montre des individus, des personnes et non des ombres anonymes ni une masse menaçante. Et je ne conçois pas d’autre façon de voir autrui.

 

En bref: pour visiter Ellis Island

  • 18 $ / 14 $ pour les seniors / 9 $ pour les enfants de 4 à 12 ans.
  • tickets en vente à Castle Clinton ou sur internet.
  • il vaut mieux arriver tôt pour éviter d’attendre une ou deux heures pour embarquer.
  • Contrôles de sécurité, comme à l’aéroport.

 

pour les cinéphiles: Golden Door (2007), d’Emanuele Crialese ; avec Charlotte Gainsbourg.

la bande annonce (cliquez)

pour les curieux: le site internet d’Ellis Island qui vous propose une visite virtuelle, des explications et des photos

visite guidée d’Ellis Island (cliquez)

Mon super bonus

le projet Unframed de JR (artist) qui rend hommage aux immigrés d’Ellis Island, dans une partie abandonnée de l’île.

lien vers le projet de JR

la bande-annonce du projet, avec Robert de Niro

 

tickets en vente sur internet 43 $ ou 39 $ pour les seniors (comprend la visite de la Statue de la liberté, du musée de l’immigration et une visite guidée du sud d’Ellis Island )

5 réflexions au sujet de « Ellis Island à New York: un musée qui dit merci aux Immigrés. »

  1. Ce sont d’authentiques photos d’archives; et le lieu choisi (une partie désaffectée d’Ellis Island) ravive l’émotion qu’elles peuvent susciter.
    Je suis JR sur FB et j’ai vu qu’il a fait des collages à NYC apparemment du côté de Chinatown / Lower East Side.
    A suivre… dans tous les sens de l’expression.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s